🗞 Article

Un article sympa sur les bonnes pratiques en UX.

Un article sympa sur les bonnes pratiques en UX.

http://www.jeremygoldyn.com/blog/16-pratiques-ux-experience-utilisateur-2017/
📌 Un article sympa sur les bonnes pratiques en UX.
Faire un top 10 (ou top 16 pourquoi pas) est un parti prit dangereux, mais un effort louable, car les prises de positions sont pertinentes.
Merci Jérémy Goldyn
 

 
Depuis 2011, le terme de recherche « UX Design » ne fait que croitre.
Ce n’est pas très étonnant que tout le monde commence à s’y intéresser quand on voit à quel point cette méthode permet de radicalement augmenter les chances de succès d’un projet digital (site web, applications mobiles, portail, etc.). J’en parlais dans cet article : 26 principes pour optimiser l’ux (expérience utilisateur) et le design de votre projet digital.
Et quand je vois l’engouement grandissant pour l’UX design, il est fort probable que 2017 devienne la nouvelle année record.
Donc, c’est le moment de se préparer et de prendre une longueur d’avance. 
Dans cet article, je vais vous partager les techniques intéressantes et prometteuses que j’ai vu et expérimenté en 2016, et qui seront certainement des choses très intéressantes pour 2017.

1. Faites des tests utilisateurs

C’est le point le plus prometteur de l’année et il le sera encore et davantage dans les années à venir.
Cette technique consiste à faire tester une version conceptuelle de votre solution auprès de vos utilisateurs avant de réellement développer la solution informatique (le code).
Par exemple, si vous souhaitez créer un site de vente en ligne,  au lieu de demander à un web développeur de créer ce que vous voulez, vous allez d’abord dessiner une version de votre idée et la tester auprès d’un public qui pourrait être votre cible (évitez vos amis et votre famille, ils pourraient vouloir être trop gentil et biaisez vos tests).
Vous pouvez dessiner votre solution vous-même.
J’utilise Sketch Bohemiann et parfois Keynote (Mac) pour faire mes wireframes et design. Mais vous pouvez très bien utiliser des outils gratuits comme emaze ou même Powerpoint (modifiez le format pour avoir une page web : largeur : 1024 et longueur 2500 par exemple).
Par contre, je vous conseille d’essayer de vous rapprocher le plus possible d’une version réelle qui contient du vrai contenu, des images, des couleurs, etc. 
En effet, j’ai réalisé pas mal de tests où je présentais le même projet mais avec deux versions différentes. Une avec peu de contenu, de couleurs et d’images et une très proche du design. Les résultats étaient complètement différents. À coup sûr, la version qui était le plus proche de la réalité contenait les meilleurs feedbacks utilisateurs.
Par contre, réaliser des tests utilisateurs n’est pas simple.
Il existe plein de solutions en ligne pour faire des tests utilisateurs mais les interviews face à face et un à un sont celles qui, selon mon expérience, donnent les meilleurs résultats.
Vous pourrez trouver toutes les informations sur comment réaliser des tests utilisateurs dans le livre de Ash Maurya « La méthode Running Lean : Transformer votre idée en succès ».
Si vous ne pouvez pas vous permettre de faire ça, alors utilisez des outils comme « Testapic » (francophone) ou encore « Usertesting » (anglophone).
Vous pouvez également me le demander 😉

2. Analysez les analytiques de votre site Internet

Il n’y a rien de mieux que d’analyser vos analytiques pour comprendre comment optimiser les résultats de votre projet digital.

Beaucoup de personnes pensent qu’elles doivent refaire l’intégralité de leur site pour que ça fonctionne mieux.
C’est une erreur qui peut coûter très cher.
En analysant correctement les Google Analytics et en installant un outil d’analyse comportemental comme Inspeclet (recommandé), vous pouvez trouver des informations clés de comment optimiser une ou l’autre partie de votre projet digital.
Faites quelques changements. Toujours un à la fois et observez les résultats.

3. Utilisez les expériences map

Une expériences map est une représentation de l’expérience utilisateur lorsqu’un utilisateur interagit avec une solution digitale (site Internet, application, portail, …).
Cela représente les différentes étapes par lesquelles passent les utilisateurs et leur niveau de satisfaction et de réussite de l’étape en question.
Cela permet de facilement de comprendre où sont les nœuds des problèmes.

Exemple de Expérience map (source : http://www.pycogroup.com)

4. Soyez le plus simple possible

Pour ne pas jouer sur les mots, je sais que c’est un conseil simple mais vous verrez qu’en 2017, les interfaces seront encore plus simples, focalisées de plus en plus sur la proposition de valeur (voir conseil n°1 de cet article sur comment construire correctement une proposition de valeur : http://www.jeremygoldyn.com/blog/23-moyens-pour-augmenter-vos-taux-de-conversion/).
Les applications et sites mobiles ne font que favoriser la simplicité des interfaces et l’action juste au niveau de l’expérience utilisateur.

5. Incluez le storytelling dans l’expérience utilisateur

Le contexte d’usage devient quelque chose de plus en plus important.
Il ne suffit pas juste d’expliquer les caractéristiques et les avantages de votre solution, ni de montrer quelques images.
Il faut que les utilisateurs puissent se projeter dans l’expérience en même temps qu’ils lisent et comprennent votre contenu. Celui-ci devra respecter les règles du processus d’engagement utilisateur.
Le site de Lily Caméra est un très bon exemple pour illustrer cela. 

Lily camera

6. Augmentez la maturité digitale

Même avec toutes les méthodologies de travail du monde (et c’est moi qui dit ça), tout le monde n’a pas le même niveau de maturité digitale.
À ce stade-ci de l’histoire du digital, cette constatation est très importante. Pour deux raisons :
Premièrement. Prendre des décisions dans un projet digital sans avoir assez maturité peut être très dangereux et coûter rapidement beaucoup de temps, d’argent et d’énergie.
Il est donc important que les personnes décisionnaires puissent se référer à des experts et pas seulement à leurs intuitions.
Deuxièmement (et c’est une conséquence de la première). Les entreprises qui auront aujourd’hui les bonnes compétences et le bon niveau de maturité digital sont celles qui avanceront dans la concrétisation de ce que veut le marché et seront certainement pionnières dans leur secteur.

7. Lisez les UX Myths

UXmyths est un site internet (anglophone) qui reprend les fausses croyances au niveau de l’expérience utilisateur (UX). Très intéressant.
Clairement, ceci sera tout à fait d’actualité pour 2017.

8. Utilisez les UX Cards

« Les UX cards » (même si le nom est anglais, il s’agit d’un produit français) est un outil ludique qui permet d’appliquer les bons principes en expérience utilisateurs.
Les UX cards sont réparties en 3 catégories :

  • Les méthodes d’analyse, d’observation et du recueil d’information
  • Les méthodes de conception
  • Les méthodes d’évaluation et de test

9. Utilisez les UX Cards ideation

Il s’agit d’un autre outil d’« UX Cards » mais pour la phase « ideation », c’est-à-dire au tout début de la conception d’un projet digital. Il en existe différentes sortes :

  • Les « positive emotional granularity cards » sont par exemple focalisées sur les expériences positives.
  • Expériences ludiques (Plex cards Lucero et Arrasvuori),
  • Approche psychologique de l’expérience (UX cards de Carine Lallemand ; celles dont on parle dans le point 8 ci-dessus).

10. Privilégiez l’expérience utilisateur au profit de l’ergonomie

Certes, l’ergonomie est quelque chose qui fait partie de l’expérience utilisateur mais des fois, et de plus en plus, ce n’est pas anodin de déroger aux principes de l’ergonomie au profit de l’expérience utilisateur.

Meilleure sera l’expérience utilisateur, meilleur sera le produit. Peu importe l’ergonomie.

Et cette tendance va très certainement s’accentuer en 2017.
Attention. Je préfère le répéter une fois: il est bon de suivre les bonnes pratiques de l’ergonomie web mais des fois, si on peut prouver que l’expérience en est meilleure, il est préférable de favoriser l’expérience utilisateur au détriment de l’ergonomie.
Par exemple, je trouve que Apple a mal positionné par défaut les icônes messages, appareil photo, photos et Calendrier car on les utilise tout le temps et il sont dans une zones peu accessible.
Voici normalement les zones d’accessibilité sur mobile:

Accessibilité du pouce sur smartphone

11. Utilisez davantage la typologie des émotions

En UX, on se base sur des faits, pas des suppositions.
Pour objectiver le travail dans le développement d’un produit digital, on réalise des tests utilisateurs dans le but de mesurer le niveau d’adoption utilisateur (ça fait partie des mêmes principes que la méthode Lean Startup).
Demain, on utilisera davantage des outils qui permettent de mesurer les émotions des utilisateurs. 
Un bon exemple d’outil à ce sujet là est la roue de Genève. Le principe consiste à poser la question de comment l’utilisateur se sent face à telle ou telle expérience en fonction du scénario que vous lui demandez d’effectuer.

Typologie des emotions

Pour mieux comprendre la typologie des émotions je vous invite à consulter ceci(en anglais) : http://emotiontypology.com/

12. Utilisez les échelles d’évaluation UX

Il s’agit d’un outil qui permet aux utilisateurs d’évaluer le niveau d’utilisabilité et le design d’un produit.
Un outil connu pour faire cela est l’Attrakdiff.
Sur base de critères prédéfinis, les utilisateurs peuvent définir leur perception de votre produit digital.

Echelle d’appreciation UX

Il existe plein d’autres outils pour faire l’évaluation de votre site UX : mecueueq.org,…
Je vous recommande également le livre Méthodes de design UX. 30 méthodes fondamentales pour concevoir et évaluer les systèmes interactifs qui reprend toutes les techniques intéressantes de l’UX.

Méthodes de design UX

13. Prenez en consideration la dynamique temporelle de l’UX

Pour vraiment prendre en compte l’expérience utilisateur globale, il faut tenir compte de l’expérience dans sa globalité.

Autrement dit, si vous analysez l’UX d’un projet, soyez sûr de mettre en place les outils pour analyser ce qui se passe avant l’usage (ux anticipée), pendant l’usage (UX momentanée), après l’usage (UX épisodique) et enfin plus loin dans le temps (UX cumulative).

analyse de l’expérience utilisateur

Vous pouvez retrouver toutes les informations à ce sujet ici (en anglais).

14. Conservez la stimulation dans le produit

Je l’expliquais dans cet article-ci : http://www.jeremygoldyn.com/blog/les-4-etapes-fondamentales-pour-engager-un-visiteur-sur-votre-site-internet/vous n’avez que 3 à 8 secondes pour engager et re engager vos utilisateurs.
C’est vraiment important de construire votre solution de manière à ce que vos utilisateurs aient envie de continuer l’expérience de votre site ou produit.
Pour cela, il est nécessaire de créer des cycles d’attention, d’intérêt, de désir, et d’action toutes les 3 à 8 secondes.

15. Appliquez les principes de la persuasion de l’expérience

Pour persuader un utilisateur de l’expérience, vous devez le persuader lui, c’est-à-dire un être humain.

Il est bon de rappeler que tous le principes UX font d’abord appel à des principes humains.

Pour bien comprendre tout ça, je vous invite à lire les excellents livres :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.